1. l’élève sourd en intégration

 

Qui est-il ?

L’élève sourd bénéficiant du LPC possède en principe, un niveau de langue égal à celui des entendants, même si son articulation peut paraître parfois encore défectueuse.

 

Quels sont ses besoins ?

Etre considéré élève entendant avec les mêmes exigences :

  • De niveau
  • De participation (exposés, interrogations orales)
  • De discipline

 

Que la voie visuelle soit privilégiée.

Il a besoin de voir son interlocuteur de face (lecture labiale), de pouvoir se référer à quelques écrits au tableau.

L’élève sourd ne peut écrire et voir son interlocuteur en même temps : la prise de notes relève donc pour lui d’un exploit !

Pour être un interlocuteur efficace, il a besoin d’être alerté ( qu’on lui montre qu’on s’adresse à lui).

 

Qu’on lui laisse le temps d’intégrer le message.

  • Des cours de soutien :

Il peut bénéficier de cours individuels pour pallier ses lacunes. Ces cours sont assurés par …… ?

 

Quelques conseils utiles

Essayer de maintenir un environnement calme.

Plus la classe est bruyante, plus il est difficile à l’élève sourd de comprendre (les appareils auditifs amplifiant tous les bruits de la même manière).

 

S’adresser à l’élève sourd de face et se méfier des contre-jours (réverbération).

  • Lui parler posément, sans articuler exagérément, sans cacher sa bouche.
  • Faire un usage intensif du tableau en s’absence du codeur.
  • Ne pas hausser exagérément le ton : cela ne facilite pas la compréhension…
  • Eviter, en l’absence du codeur de déambuler dans la classe.
  • Pour compenser la prise de notes très parcellaire, l’idéal serait de fournir un support écrit.
  • Eviter l’utilisation du magnétophone, ou si celle-ci s’avère indispensable fournir nécessairement le texte enregistré par écrit.

 

Idées reçues, idées fausses 

Vrai /faux : être sourd cela signifie ne rien entendre ?

Faux : la surdité totale est très rare. La plupart des sourds ont des restes auditifs plus ou moins importants, souvent localisés dans la fréquence des graves.

Ne pas confondre « entendre » et « comprendre » : un sourd peut réagir à un bruit de voix et ne pas comprendre ce qu’on lui dit.

Vrai /faux : le bruit ne peut gêner les sourds ?

Faux : pour beaucoup de sourds et de malentendants qui sont très sensibles aux vibrations. Une ambiance bruyante est difficile à supporter pour un sourd appareillé.

Vrai /faux : un sourd appareillé est comme un entendant ?

Faux : la prothèse auditive ne restitue pas une audition normale, elle amplifie uniquement les sons (les bruits parasites comme la voie de l’interlocuteur). Plus la surdité est profonde, moins l’apport de la prothèse est efficace pour la compréhension de la parole.

Vrai /faux : chez les sourds, la lecture labiale remplace l’audition ?

Faux : la lecture labiale ne restitue pas tout ce qui est dit : certains sons sont invisibles sur les lèvres (K, R), d’autres sont identiques (B,M,P).

Les phrases « il mange des frites » et « il marche trop vite » sont identiques sur les lèvres. C’est pour cela que les sourds demandent que la lecture soit complétée par d’autres moyens : gestes, sous titres, etc, et dans notre cas, LPC.