6. Le Langage Parlé Complété

 

Pour les personnes sourdes, la lecture labiale a une importance capitale. Pourtant, l’information reçue est partielle puisque dans la langue orale française il y a 36 sons auxquels correspondent seulement 12 images labiales.

La lecture labiale ne suffit donc pas à elle seule à discriminer les phonèmes et à avoir une représentation visuelle de l’ensemble du système phonologique du français.

Pour les jeunes enfants sourds qui n’ont pas acquis la langue et qui n’ont pas de modèle phonologique, la lecture labiale demeure un exercice très aléatoire.

 

Qu’est-ce que c’est ?

 

C’est une technique qui complète l’information fournie par la lecture labiale et consiste à accompagner la parole de petits mouvements de la main près du visage.

Ainsi, chaque syllabe se caractérise par un geste de la main correspondant à une voyelle et les doigts réalisant la clé de la consonne.

 

Pourquoi l’utiliser ?

 

On peut constater que les enfants malentendants perçoivent les sons de manière déformés. Ainsi, ils s’aident de la lecture labiale mais de nombreuses difficultés demeurent comme les mêmes mouvements de lèvres pour des mots différents.

Essayer par exemple de dire devant un miroir « maman » puis « papa » ou « je mange des frites » puis « je marche très vite », vous verrez que le mouvement des lèvres est le même.

C’est pour cela que le codage de la main attire l’attention de l’enfant et lui permet, alors de différencier les mouvements des lèvres et d’y associer les sons correspondants.

 

Quelles peuvent être les autres apports du LPC ?

 

Le LPC facilite la compréhension du langage et l’apprentissage du vocabulaire et de la syntaxe. Il permet à l’enfant de contrôler son articulation et d’acquérir une expression orale.

 

Est-il difficile d’apprendre le LPC

 

Non, l’apprentissage du LPC est simple et rapide.

Si l’apprentissage du LPC est rapide, il faudra malgré tout un entraînement quotidien pour parvenir à l’utiliser avec toute la spontanéité et la fluidité qui deviendront peu à peu nécessaires.

Il existe des cassettes audio, des cassettes vidéo, des manuels d’entraînement.

 

Est-ce que le LPC est semblable à la langue des signes ?

 

Non, les mouvements codés de la main n’ont de sens qu’associés à la parole, lorsque vous codez, vous vous adressez à votre enfant en langue française.

La Langue des Signes est une autre langue, une langue qui utilise le geste comme support d’expression. Ses gestes ne s’organisent pas comme les mots, les phrases de la langue française : par exemple, l’énoncé « le roi dort dans son château » sera gestué « château dedans roi dort »

A cause de ces différences importantes, le passage de la langue des signes à la langue française ne va pas de soi.

 

Comment l’enfant apprend-il à décoder ?

 

Le décodage et le codage ne s’enseignent pas au jeune enfant. C’est parce qu’on pratique systématiquement le LPC en lui parlant qu’il le découvre progressivement (décodage) et éventuellement l’utilise (codage).

 

Quand doit on commencer à l’utiliser ?

 

Il n’y a pas d’âge, plus vous commencez tôt, plus vite votre enfant apprendra.

LPC peut aussi bien être utilisé avec un enfant de quelques mois (même pour coder les babillages) qu’avec un enfant plus âgé. Toutefois, l’imprégnation de la langue française sera d’autant meilleure que l’enfant est jeune.

 

Le LPC permettra-il à mon enfant d’apprendre à lire ?

 

Oui, lorsque votre enfant entrera au cours préparatoire, il découvrira par l’écriture la langue qu’il connaît déjà, le déchiffrage des mots, des phrases, des textes de plus en plus complexes, se déroulera comme pour un enfant entendant. Il comprendra le sens de ce qu’il déchiffrera puisqu’il connaîtra la langue française.

 

Que se passe-t-il après ?

 

Les « enfants LPC » devenus aujourd’hui des adultes lisent généralement très bien sur les lèvres. Leur connaissance de la langue française est telle qu’ils peuvent comprendre des interlocuteurs différents dans des situations variées leur apporte toujours le confort ; toutefois, il ne leur est plus indispensable.

 

Quelle est l’origine du LPC ?

 

Mis au point aux Etats-Unis par le Docteur R. Orin Cornett en 1967, le cued speech (nom anglais du LPC) s’est d’abord développé dans les pays anglophones.

Adapté à plus de 42 langues ou dialectes dans le monde. Le LPC est actuellement utilisé dans les pays aussi varié que la Belgique, la Suisse, l’Espagne, Hong-Kong, l’Inde la Malaisie…

Introduit en France en 1977, le LPC connaît, depuis quelques années, un développement spectaculaire auprès des familles, des professionnels et de nombreux centres spécialisés pour déficients auditifs.

 

En savoir plus

 

Les 8 configurations des doigts telles que les voit l’enfant pour coder les consonnes.

Les 5 positions de la main pour coder les voyelles.